Corse sauvage

Le Blog :Blog Corse sauvage
Contact :Cliquez sur cette icÔne pour contacter le Webmestre

Taille de Caractères

Taille Ecran

Themes

Mise en page

Styles

Diaporama photos

Mur Vidéo

News Polyphonie

Musique Troubadour

Rappel Identification

Ne pas oublier de s'inscrire sur le site et/ou s'identifier en Page Accueil pour ceux qui souhaitent pouvoir intervenir sur leurs commentaires et accéder à des informations réservées aux initiés...

Les instruments traditionnels

Instruments traditionnels corsesLe chant polyphonique a capella n'est, bien sûr, pas la seule forme musicale utilisée en Corse et, traditionnellement, d'autres formes de chants, pouvant être pratiquées en solo cette fois-ci, sont accompagnées par des instruments dont certains sont puisés dans un inventaire local un peu particulier...

Chanteur corse à la cetera

Vieux chants corses avec la cetera

Instruments traditionnels corses
Cialamella

Cialamella

Pirula

Pirula

Cetera

Cetera

Pivana

Pivana

Mandolina

Mandolina

Riebula

Riebula

Timpanu

Timpanu

Urganettu

Urganettu

Viulinu

Viulinu

Quelques exemples sont listés ci-dessous :

• A Caramusa : Cornemuse de roseau, de bois et peau, jouée en Corse principalement par les bergers et utilisée aussi lors de révoltes populaires
• A Cialamedda ou Cialambella : Chalumeau antique à perce cylindrique et anche battante (extrait de roseau taillé) appartenant à l'antique famille des chalumeaux. En Corse, il est taillé dans du figuier ou du buis
• A Pirula : Flûte de roseau, accordée avec le chant des "Lamenti"
• A Pivana : Flûte en corne de chèvre
• A Mandulina : Mandoline
• A Cetera : Cistre à huit chœurs de cordes doubles métalliques, originaire probablement de l'Inde, puis arrivée en Italie, modifiée et introduite en Corse. Accompagne les chants traditionnels monodiques et polyphoniques
• A Riberbula : Guimbarde, beaucoup utilisée par les bergers. Ses harmoniques rejoignent celles de la Cetera (se dit aussi Riebula ou Ghjerbula)
• U Timpanu : Triangle, fabriqué par les forgerons et considéré comme indispensable aux "Sunate", morceaux uniquement instrumentaux
• I Sunaglieri : Grelots de muletiers
• A Cassella : La percussion la plus répandue, pour laquelle on tendait une peau de chèvre sur un tamis. Utilisée avec de petits bâtons
• U Tamburu : Le tambour
• U Urganettu : Accordéon diatonique du XIXème siècle
• U Viulinu : Le violon.

Cetera

Commentaires   

PhE
#2 PhE 20-10-2013 10:18
Citation en provenance du commentaire précédent de Guest :
Il me semble que vous ayez oublié la RAGANEDDA (la crécelle)...

Je n'avais personnellement jamais rien lu ou entendu sur la "Raganedda", mais je ne suis pas un spécialiste des instruments traditionnels insulaires. Mes recherches sur ce mot montrent qu'il semble provenir de l'italien "raganella", "rainette" ou "crécelle" et que le sens crécelle était aussi utilisé pour nommer l'instrument de musique correspondant (qui fait d'ailleurs un bruit de grenouille !). Pas étonnant que l'on retrouve ce même nom en Corse...
Merci pour ces précieuses informations : connaissez-vous les noms corses pour cette "prière païenne" et pour ce "rite d'enchantement" ?
Guest
#1 Guest 19-10-2013 21:59
Bona sera.

Mi pari chi vo vi sighitti smintigatti à RAGANEDDA (la crécelle) appradatta da i pastori duranti a muntagnera in l'URNANINCU, l'ISTRIA, u TARAVU o l'ALTA-ROCCA.

Li sirvia ad'accumpagnà un cantu monotonu (una spézia di prighera mezza pagana e mezza christiana) pà "incantà" un animali malatu o firitu, doppu ad avé dipusitattu in u compulu o in'a presa, un' mazzulu d'arba midicinale chi tinia u puteri magicu di curà.

Cun amicizia.

Il me semble que vous ayez oublié la RAGANEDDA (la crécelle) utilisée par les bergers lors des périodes d'estives dans les régions de l'ORNANO, l'ISTRIA, le Haut TARAVO et l'ALTA-ROCCA.

Elle leur servait afin d'accompagner un chant monotone et lancinant (une sorte de prière Chrétienne, mâtinée de réminiscences païennes) pour "enchanter" un animal malade ou blessé, après avoir, au préalable déposé dans l'enclos au bétail, un bouquet de plantes médicinales diverses qui, associées, possédaient des vertus curatives et/ou magiques. Et, selon mon père et mes grands-pères (paternel et maternel), ce rite était, paraît-il souverain, notamment, lorsque des vers s'installaient dans une plaie souillée...

Amicalement.

Ajouter un Commentaire

Il est nécessaire d'être enregistré pour pouvoir modifier ou supprimer ses propres commentaires déjà publiés. Les visiteurs non enregistrés doivent faire le test de Captcha...


Vous êtes ici : Accueil Culture Musique troubadour Instruments traditionnels

XHTML valide W3C