Rappel Identification

Ne pas oublier de s'inscrire sur le site et/ou de s'identifier !

On peut le faire soit par le biais du Méga Menu Accueil, soit directement via l'article Connexion article.
Ce processus est nécessaire pour ceux qui souhaitent pouvoir intervenir sur leurs commentaires et accéder à des informations réservées aux initiés...

Chapelle des cîmes à TovaCi-dessous les informations pratiques nécessaires pour cette Grande Traversée de la Corse !
Les étapes et le découpage du parcours, les recommandations concernant la durée, la période idéale, les hébergements, les ravitaillements, les accès de départ et d'arrivée, les cartes,...

Quelques commentaires


• Traverser la Corse prend trois à quatre semaines pour des marcheurs habitués à l ‘effort endurant, aux sentes pierreuses et aux sacs-à-dos volumineux...Les étapes réalisées oscillent entre 6 et 10 heures de marche, avec quelques-unes d’entre elles spécialement longues (étapes 3, 8, 9, 10, 13, 19, 20) mais qui peuvent toujours être fractionnées, moyennant un peu d’imagination
• La période idéale de départ se situe autour du 15 mai ou du 15 septembre ; il ne faut pas, en effet, parcourir les sections côtières durant la période estivale, ni aborder la montagne au moment où celle-ci se situe encore sous la neige (de novembre à mi-mai) ou lorsqu’elle est le théâtre de l’envahissement de ses refuges (juillet et août)
• Les hébergements sont de toutes natures : hôtels, chambres d’hôtes ou campings à proximité du littoral, refuges en montagne, bivouacs améliorés à Popolasca (abri ou bergerie) et sur la terrasse de la tour de Senetosa. Les coordonnées et renseignements nécessaires figurent pour la plupart dans les deux guides IGN de la Corse, publiés par les éditions Libris
• Plusieurs points de ravitaillement sont disséminés le long ou bien à proximité du parcours ; il est important d’effectuer la partie la plus montagneuse du parcours à un moment où les refuges sont ouverts, certains parmi eux proposant des repas ou des vivres pour l’alimentation de base du randonneur
• Les points de départ et d’arrivée situés, respectivement, à proximité de Bastia et de Propriano, sont d’un accès relativement aisé en s’aidant des transports en commun ; pour le reste, le parcours croise la voie ferrée à Pietralba (étape 7, ligne Bastia – Calvi) et Vizzavona (étape 13, ligne Bastia – Ajaccio) ce qui, au plan pratique, permet de réaliser commodément cette traversée moyennant trois séjours...
• Le parcours utilise une dizaine des cartes TOP 25 de l’IGN couvrant la Corse ; l’itinéraire suivi entre les étapes 10 et 18, largement confondu avec le GR20, permet de s’orienter sans peine (balisage fourni) ; pour le reste, la plupart des sentes empruntées sont jalonnées de cairns ou de marques de peinture.

Port de Centuri

Centuri

Le refuge de Manganu
Le refuge de Pietra Piana

Refuges du GR20

Arbres pétrifiés
Chapelle des cîmes

Paysages de la traversée

Plaine d'Ovace

Plaine d'Ovace

Rochers vers le phare de Senetosa

Relief ciselé de Senetosa

Les étapes possibles :

Le découpage proposé n’a qu’une valeur indicative ; il peut être fortement remis en question selon les conditions météorologique, l’entraînement et la forme du groupe. Il a pour mérite de parcourir une incroyable variété de sites, réunissant quelques-unes des plus belles côtes de Méditerranée (Cap Corse, désert des Agriates et Sartenais) et des sites de montagne absolument spectaculaires : aiguilles de Popolasca et de Bavella, lacs de Nino et de Capitello, principaux sommets de la chaîne centrale...

Tour de Santa Maria
  • 1°) Macinaggio – Centuri
    Superbe étape côtière, le long de l’ancien sentier des douaniers ;
  • 2°) Centuri – Luri
    Etape de village en village, en découvrant au passage l’architecture de beaux monuments (tours seigneuriales, couvent) ;
  • 3°) Luri – Nonza
    Etape de crête, parcourant l’arête faîtière du Cap Corse et enchaînant l’ascension de ses trois plus hauts belvédères (Alticcione, cima di e Follicie, monte Stello) ;
  • 4°) Nonza – Patrimonio
    Parcours de transition, de pont muletier en chapelle romane, de tour génoise en sites préhistoriques ;
  • 5°) Patrimonio – Saleccia
    L’entrée Nord du désert des Agriates, avec ses premières plages de rêve ;
  • 6°) Saleccia – plage d’Ostriconi
    Les Agriates les plus sauvages, avec leurs bergeries aux toits de terre et leurs criques rocheuses battues par les flots au pied des falaises de l’Acciolu
  • 7°) Ostriconi – Olmi-Cappella
    Entrée en scène, en arrière plan du décor, de la haute montagne, sur les premiers contreforts du massif du Cinto ;
  • 8°) Olmi-Cappella – Bradani
    Immersion pour finir au beau milieu des enchevêtrements granitiques du massif de Popolasca ;
  • 9°) Bradani – L’Ercu
    Passage en revue des aiguilles de Popolasca, suivi de la découverte des lacs les plus isolés de Corse ;
  • 10°) L’Ercu – Ciuttulu di a i Mori
    Jonction avec le GR20, au pied des cimes altières et de la rocaille du monte Cinto, de la Paglia Orba et du capu Tafunatu ;
  • 11°) Ciuttulu di a i Mori – Manganu
    La Corse forestière, pastorale et lacustre avec la découverte de la pinède de Valdu Niello, des pâturages du Campotile et du lac de Nino ;
  • 12°) Manganu - Pietra Piana
    Voyage sur des crêtes hautement panoramiques, dominant les cirques glaciaires des lacs de Capitello et de Rinoso ;
  • 13°) Petra Piana – gare de Vizzavona
    Long enchaînement, avec vue quasi permanente sur l’orgueilleuse pyramide du monte d’Oro ;
  • 14°) Gare de Vizzavona – Capannelle
    Etape facile, en terrain souvent ombragé, où l’on peut – en guise de variante - forcer l’aventure sur les hauteurs découpées de la punta di l’Oriente et des Pinzi Corbini (les pointes courbes) ;
  • 15°) Capannelle – refuge de Prati
    Etape à deux scenarii possibles, le premier empruntant un long sentier de ronde, le second escaladant le monte Renoso, l’un des cinq géants de Corse ;
  • 16°) Refuge de Prati – refuge d’Usciolu
    Parcours aérien, à cheval sur les deux régions du Taravo et du Fium’Orbo ;
  • 17°) Refuge d’Usciolu – refuge d’Asinao
    Découverte de deux paysages emblématiques de la montagne corse : le vaste plateau du Coscione et le sommet de l’Incudine ;
  • 18°) Refuge d’Asinao - col de Bavella
    Première visite du massif de Bavella et de ses célèbres tours d’Asinao ;
Aiguilles de Bavella
  • 19°) Col de Bavella – Cartalavonu
    Traversée du sauvage et méconnu massif Sud de Bavella, complétée par celle des montagnes apaisées de l’Ospedale ;
  • 20°) Cartalavonu – San Gavino
    La montagne de Cagna et le charme de quelques sites incontournables : hameau de Bitalza, sapinière d’Ovace, bilboquet de l’Uomo di Cagna ;
  • 21°) San Gavino – Roccapina
    Retour en mer, avec les premiers chaos granitiques des côtes du Sartenais ;
  • 22°) Roccapina – Senetosa
    L’un des plus beaux rivages de Méditerranée et, pour finir, l’un des plus points de vue les plus sublimes de toute la Corse ;
  • 23°) Senetosa – Campomoro
    Fin de raid en apothéose, le long d’une côte savamment ciselée par l’érosion.

Ajouter un Commentaire

Mode d'emploi des commentaires Corse sauvageIl est nécessaire d'être enregistré pour pouvoir modifier ou supprimer ses propres commentaires déjà publiés.
Les visiteurs non identifiés n'ont pas accès à certaines fonctions des commentaires (insertion vidéos, wikipedia, textes privés, ...).
Cliquer sur l'icône à gauche pour le Mode d'Emploi des commentaires.