Corse sauvage

Activités nature en Corse

Rappel Identification

Ne pas oublier de s'inscrire sur le site et/ou de s'identifier !

On peut le faire soit par le biais du Méga Menu Accueil, soit directement via l'article Connexion article.
Ce processus est nécessaire pour ceux qui souhaitent pouvoir intervenir sur leurs commentaires et accéder à des informations réservées aux initiés...

Le train corse : U TrinichelluLe voyage démarre à Barchetta, atteint via le célèbre "Trinichellu", le train corse, sur les bords du Golo !
Il s'agit alors de rejoindre Ortiporio par une série de sentiers bien balisés et de se reposer au confortable gîte local...

Vieille gare de Barchetta

Vieille gare de Barchetta

Le train corse : U Trinichellu

U Trinichellu

Il était une fois en Corse… Mon histoire en Castagniccia commence comme dans un western, sur le quai désert d'une gare fantôme. L'ambiance, plutôt orageuse, est déjà lourde. Annonce-t-elle une fusillade imminente, trouant le silence du matin ? Un cabinet médical, étrangement installé à deux pas du quai, semble prêt en tout cas à accueillir d'éventuels rescapés !
Barchetta, c'est dans ce village sans âme, au lointain passé industriel, que débute mon voyage. Après une nuit de bateau au calme, quelques kilomètres en train depuis Bastia ont enfin suffi à me refiler le mal de mer ! Dans Le train corse : U Trinichellule wagon, j'ai bavardé avec deux corses habitués de la ligne ; ils se sont plaints eux aussi de leur "Trinichellu", ce chemin de fer qui est la risée de l'île, pour sa lenteur et pour ses infinis balancements - dignes d'une barque ballottée par la houle -…
Je traverse le Golo et m'engage sur un sentier qui m'accompagne jusqu'à Campile. La façade rose-orangée de l'église, superbe, proclame sa fierté d'exister. Un imposant monument aux morts lui tient compagnie sur la place ; quelques maisons plus loin, une bâtisse trahit aussi son orgueil avec l'inscription suivante, inscrite sur son portail en guise de mot de bienvenue : "Villa Timoléon Franceschi, directeur d'école, palmes académiques, écrivain et poète de talent" !
Le chemin quitte la civilisation pour un long moment. Il vient s'installer en balcon au-dessus de la vallée. Sur l'autre rive, le massif du Tenda barre l'horizon de son immensité dénudée. Vers l'ouest, c'est la chaîne centrale qui se dévoile avec la combe perchée, déjà poudrée de blanc, du Monte Padro. Sur la crête que je rejoins enfin, se dressent d'énormes chênes solitaires, des arbres qui occupent à eux seuls ce décor de grands espaces. Je plonge enfin sur Ortiporio, renonçant au plaisir panoramique de ce premier survol des montagnes de Corse…


Ajouter un Commentaire

Mode d'emploi des commentaires Corse sauvageIl est nécessaire d'être enregistré pour pouvoir modifier ou supprimer ses propres commentaires déjà publiés.
Les visiteurs non identifiés n'ont pas accès à certaines fonctions des commentaires (insertion vidéos, wikipedia, textes privés, ...).
Cliquer sur l'icône à gauche pour le Mode d'Emploi des commentaires.