Corse sauvage

Activités nature en Corse

Rappel Identification

Ne pas oublier de s'inscrire sur le site et/ou de s'identifier !

On peut le faire soit par le biais du Méga Menu Accueil, soit directement via l'article Connexion article.
Ce processus est nécessaire pour ceux qui souhaitent pouvoir intervenir sur leurs commentaires et accéder à des informations réservées aux initiés...

Vue du village de ChisaLe trek indiqué ci-dessous est un trek original décrivant une boucle centrée sur ce charmant village de Chisa !
Réalisé en solo par François Despax, il permet de visiter profondément une région située au carrefour des domaines de Bavella, du Cuscionu et du Fiumorbu en les cotoyant au passage, tout en explorant les affluents très aquatiques de ces hautes vallées du Travu...

Préambule

Cf. article correspondant du Blog

Cartes des environs de Chisa

Carte(s) des environs de Chisa

Dans la description qui va suivre, j’ai choisi délibérément la toponymie de la carte IGN, pour des raisons évidentes de corrélation entre le texte et la carte : que les puristes de la langue corse ne m’en veuillent pas, il n’y a là aucune attitude de mépris, mais bien un souci de compréhension. Les cartes IGN de la série Top 25 utiles (et à mon avis, indispensables) sont les 4253 ET (Bavella) et 4253 OT (Petreto-Bicchisano Zicavo). Les abréviations sont celles courantes dans les topo-guides : NSEW pour les points cardinaux, D et G pour droite et gauche, RD et RG pour rive droite et rive gauche (dans le sens d’écoulement du cours d’eau).

Chisa

Vue du village de Chisa

Village de Chisa

Gîte de Chisa - Bocca Be

Gîte de Chisa

La via ferrata du village de Chisa

La via ferrata

Vue du village de ChisaChisa est un agréable petit village situé à une douzaine dekm à l’ouest de la base aérienne de Solenzara, dominant au nord la vallée du Travu, à environ 1km en aval du confluent de l’Arinella et de la Luvana qui donnent naissance à ce fleuve. Il dispose d’un gîte communal tout neuf, et d’un hôtel très correct et abordable en cas de surcharge du gîte. A proximité, une via ferrata autorise quelques frissons dans un cadre très verdoyant. Chisa est une voie d’accès facile et inédite du massif de l’Incudine, du Coscione et de la partie correspondante du GR20. Le trek décrit ci-après a été réalisé en juin 2002, mais des informations obtenues récemment confirment l’état des sentiers décrits. Ce circuit peut se réaliser en version bivouac, c’était mon choix pour être plus libre sur un parcours que je ne connaissais pas ; mais il peut aussi s’effectuer en version plus légère, en s’appuyant sur les ressources d’hébergement disponibles dans la région. Par ailleurs, de nombreuses variantes sont possibles en fonction du temps disponible et des centres d’intérêt de chacun : j’en signalerai quelques-unes au fur et à mesure. C’est d’ailleurs un des avantages de cette randonnée, outre le fait qu’elle touche des endroits assez peu courus - mis à part, bien sûr, le bout de GR20 qu’elle emprunte.

• Accès : En transport en commun, le plus simple est de prendre à Bastia le bus qui loge la côte est par la N198 jusqu’à Bonifacio : il vous dépose à Travu, à proximité de la base de Solenzara, et de là, deux solutions : le stop (Chisa étant un cul-de-sac sur la D645, cela marche assez bien), ou le sentier surligné de rouge sur IGN, passant par Solaro et la bocca de Cateri (compter 5 à 6 heures de marche), qui sera décrit en sens inverse comme dernière étape.

1ère étape : Chisa - Bassetta

Luvana/Arinella

Luvana et Arinella,
hauts affluents du Travu

Luvana/Arinella

Passage chaîné du
sentier de la Luvana

Bocca di Broncu avec vue sur Chisa

Bocca di Broncu

Le sentier de la Luvana, très végétal C’est un trajet assez long, mais c’est le prix d’un hébergement sympathique chez Toussaint et Agnès à l’auberge de Bassetta ; vous pouvez l’abréger si vous portez votre bivouac (en principe interdit à proximité du GR20), ou en tentant votre chance à la bergerie de Carpicciola, restaurée contrairement aux indications de la carte. Le sentier, bien marqué sur IGN jusqu’à sa traversée de la Luvana, commence juste après le pont de Bura sur le Travu ; il monte d’abord W, puis SW en dominant le Travu, puis la Luvana, traverse après 2,5km le ruisseau de Lama, affluent de la Luvana, décrit des courbes qui correspondent au parcours de la Luvana en contrebas, pénètre en forêt en direction générale S, et parvient à un gué franchissant la Luvana (7km - 2h15), en un bel endroit propice à la baignade et au pique-nique ; de l’autre côté, le sentier est moins évident, il faut commencer à monter NNW, puis W en veillant à ne pas perdre la ligne de cairns ; 1h30 après le gué, on rejoint la bocca di Broncu, passage dans la crête du même nom, qui n’est que le prolongement vers le N du relief de l’Incudine ; du col, prendre un sentier qui part SW, passe devant la bergerie de Carpicciola, franchit vers 1400m le ruisseau de Casamintellu et rejoint peu après le GR20 (compter 1h15 du col), que l’on traverse pour emprunter une bretelle d’accès au GR, balisée en jaune ; descendre par la bergerie de Matalza, puis par l’abri et la chapelle St Pierre, et à la cote 1264, prendre à D la route qui mène en 15mn, à l’auberge de Bassetta (en saison, il est prudent de retenir) ; du GR20, prévoir 1h30. Variante : si l’on se sent en jambes, on peut aller taquiner l’Incudine en suivant vers le S les crêtes de Broncu, puis de Foce Aperta et rejoignant le GR20 au col de Luana ; si l’on choisit cette option, mieux vaut aller coucher au refuge d’Asinao, sinon l’étape, déjà conséquente, est rallongée d’au moins 3 heures.

2ème étape : Bassetta - refuge d’Usciolu

Bocca di l'Agnone

Bocca di l'Agnone

Le refuge d'Usciolu

Refuge d'Usciolu

Crêtes d'Usciolu

Crêtes d'Usciolu

Auberge de BassetaCette étape emprunte en deuxième partie le GR20. Au refuge d’Usciolu, il est possible de dîner (menu sommaire, mais reconstituant), et d’acheter son pique-nique pour le lendemain.
De l’auberge de Bassetta donc, prendre la D428 (NE) sur 600m, et à l’endroit où la route d’infléchit SE, prendre à G (N) une piste, et tout de suite à D (E, puis NE) un sentier balisé qui rejoint le ruisseau de Veracolongu, le longe en RG, le traverse à son confluent avec le Padotelli et remonte NNE de l’autre côté jusqu’à rejoindre un sentier de liaison (balisé en jaune) qui relie Zicavo à la bocca de l’Agnone où il retrouve le GR20 : de Bassetta, compter 1h30 à 2h.
De l’Agnone, il suffit de suivre vers le N le jalonnement du GR20, qui, en 3h, courant sur la célèbre arête des statues, conduit au refuge d’Usciolu.

3ème étape : Usciolu - Chisa, via Catastajo ou direct

Variante pour les étapes 2 et 3


Si l’on est allergique au GR20 et à ses cohortes de marcheurs qui partent à la frontale pour être sûrs de trouver de la place au prochain refuge, on peut utiliser les services du Mare a Mare centre tout proche, avec :
-une étape 2 bis Bassetta - Cozzano ; pour cela, rejoindre la bretelle de liaison avec le GR20 mentionnée plus haut, mais Les bergeries de Chiasollicette fois, en passant par les bergeries de Chiasolli : à l’endroit où la D428 s’infléchit, prendre la piste N et la poursuivre jusqu’aux bergeries, puis emprunter un sentier qui part NW, puis N en surplombant joliment la vallée du Partuso qu’on traverse (bel endroit !) environ 1km après les Bergeries (toute cette partie est jalonnée par les soins de Toussaint pour qui tous les chemins doivent mener à Bassetta) ; on retrouve peu après la bretelle balisée que l’on suit NNW jusqu’à la rencontre avec la portion du Mare a Mare Zicavo-Cozzano (compter 2h depuis Bassetta). Pour rejoindre Cozzano et son gîte d’étape, on peut soit prendre à D (E , puis N) le Mare a Mare (2h max, et alors l’étape est courte), soit prendre à G (W), et faire le circuit Zicavo (joli village), u Vergaju (traversée du Taravo), Giovicacce, Sampolo et enfin Cozzano. Ces chemins sont décrits dans le topo-guide « Entre mer et montagne ».
-une étape 3 bis Cozzano - Catastajo par le col de Laparo (voir topo-guide qui donne 6h30 pour ce trajet). Il faut alors coucher à Catastajo, car gagner le même jour Chisa rend l’étape vraiment trop longue : dans ce cas, prévoir une étape 4 bis pour rejoindre Chisa : vous aurez alors le temps d’essayer sa via ferrata.

Bocca di Bianca

Bocca di Bianca

Cascade de l'Undella

Cascade de l'Undella

Le gîte de CatastajoCette étape nous ramène à Chisa soit directement, soit si l’on se sent en jambes, par le gîte de Catastajo, situé sur le Mare a Mare centre.
D’Usciolu, prendre le GR20 direction NE, et le quitter au bout de 600m pour suivre vers l’E le sentier balisé orange qui descend à la bocca di Bianca (1h d’Usciolu) ; c’est le moment du choix :
1) pour Catastajo, prendre à G (NE) le sentier qui descend plus ou moins en surplomb la vallée du haut Abatesco : vers 900m, il se rapproche suffisamment de l’eau pour qu’on puisse profiter de vasques et cascades pour se rafraîchir ; on rejoint le gîte de Catastajo plus bas, à environ 2h de la bocca di Bianca ; en suivant ensuite vers l’E puis le S le balisage orange du Mare a Mare, on parvient à la bocca di Juva, d’où l’on redescend vers Chisa par un sentier hélas très envahi (3h à 3h30 depuis Catastajo).
2) pour Chisa direct, on continue à descendre la crête en passant par la punta di u Faiu, puis la punta di Monte Sordu, où l’on oblique à D (S) pour descendre raide sur Chisa sans manquer au passage la grotte du bandit Saparghiogu ; de la bocca di Bianca, compter trois bonnes heures.

Les bergeries de Bianca en haut de la vallée de l'Abatescu

Les bergeries de Bianca en haut de la vallée de l'Abatescu

4ème étape : Chisa - N198

Chisa et castel de Basadda depuis Bocca di Cateri

Chisa depuis Bocca di Cateri

Le gîte de CatastajoDe Chisa, on traverse de nouveau le Travu par la D645 que l’on emprunte sur 300m. Puis obliquer à D (S) pour traverser le hameau de Bura, le chemin franchit une première crête, traverse le ruisseau de Valdarone et monte doucement vers la bocca di Cateri (672m) ; à cet endroit, le sentier s’oriente vers l’E, traverse le hameau ruiné de Cipitosa (attention, cheminement confus dans le hameau) et descend en RG vers le ruisseau du même nom, qu’il traverse à gué (bel endroit de baignade, l’eau y est abondante et tiède à la belle saison). En RD le sentier traverse les ruines de Ruvoli, puis s’élève régulièrement vers la D845 qu’il rejoint 1200m avant Solaro (compter 4h depuis Chisa).
De Solaro, village sans énormément de caractère, le sentier, toujours balisé de façon pas très professionnelle, descend plein E sur la D545, puis la N198 où l’on retrouve les moyens de transport en commun (2h depuis Solaro). Cette dernière partie est moins spectaculaire que les précédentes, mais ménage de jolies échappées vers la mer en contebas.

En guise de conclusion

NDLR :


Cette boucle en trekking autour de Chisa est encore proposée par François Despax, qui pratique régulièrement cette forme de randonnée. Il a déjà illustré antérieurement ce parcours en publiant un article décrivant son périple sur le Blog "Corse sauvage", mais ici il a synthétisé les informations pratiques et les principales variantes utiles à ceux qui voudraient reprendre ses traces.
Ne manquez pas d'aller jeter un coup d'oeil aux commentaires qui ont été écrits sur l'article indiqué ci-dessus pour obtenir des informations complémentaires.
Ce parcours a un caractère sauvage très marqué, à l'exception du tronçon sur le GR20, car les hautes vallées de Chisa et les crêtes qui dominent le village sont absolument désertées !

Les descriptions qui précèdent ne sont qu’un choix parmi d’autres possibilités : un coup d’œil sur la carte montre qu’il y a d’autres combinaisons possibles, par exemple depuis Catastajo terminer la Mare a Mare centre sans repasser par Chisa ; ou bien, depuis Solaro, rejoindre le refuge d’Asinao par la maison forestière de Tova. Bref, ce coin est plein de ressources, et l’on n’y est guère gêné par les foules…


Commentaires   

François
#3 François 03-11-2010 20:40
Je confirme que je ne suis pas retourné dans ce coin depuis ma description. Je me rappelle pourtant qu'après avoir traversé la Luvana, il fallait certes faire attention, mais la trace était marquée. Alors, sangliers, malveillance? C'est en tous les cas dommage, car ce parcours est une bonne façon de désenclaver Chisa, et de le relier au "grand chemin". Désolé pour votre demi-tour!
PhE
#2 PhE 02-11-2010 16:39
Citation en provenance du commentaire précédent de BEAUGENDRE Pierre :
Bonjour

Pratiquant la montagne corse depuis une trentaine d'année (j'y viens tous les 2 ans environ), j'ai découvert avec plaisir ce site il y a un an... Félicitations pour les infos et l'esprit!


Merci beaucoup, Pierre, pour ces encouragements concernant le site !!

Quant à votre commentaire sur le sentier de la Luvana, je ne sais trop quoi dire. De mon côté, je n'ai jamais dépassé le gué de la Luvana, soit parce que l'on faisait la Luvana en canyoning depuis ce gué (à l'époque où il n'y avait pas d'interdiction !), soit parce qu'une pluie diluvienne nous avait incités à faire demi-tour. Je me souviens tout de même que de l'autre côté le sentier s'amorçait bien puis devenait trace cairnée !
De son côté, François Despax, indique qu'une bonne ligne de cairns menait à Bocca di Broncu en 2002... Il se peut donc que ces cairns aient été détruits depuis ! Cela serait assez conforme à la mentalité du coin, que je ne me suis jamais expliquée, de protéger les vallées amont de Chisa des flux touristiques... Connaissant bien ces "flux touristiques" avant 2000 (date de l'arrêté municipal interdisant le canyoning en amont du pont de Bura) et sachant bien qu'ils étaient voisins de zéro, je ne vois pas trop bien l'intérêt de ces pratiques. :sad:
En ce qui me concerne, pour ces raisons, j'évite la région de Chisa au maximum : la dernière visite que j'y ai faite s'est soldée par une engueulade avec un conseiller municipal sous le pont de Bura, parmi la centaine de baigneurs qui s'y ébattaient. :-x
Cent baigneurs au pont de Bura ne gênent personne à Chisa, mais deux canyoneurs dans la Luvana sont une atteinte inacceptable à l'écologie locale !! :cry: Comprenne qui pourra... :-*
BEAUGENDRE Pierre
#1 BEAUGENDRE Pierre 01-11-2010 11:50
Bonjour

Pratiquant la montagne corse depuis une trentaine d'année (j'y viens tous les 2 ans environ), j'ai découvert avec plaisir ce site il y a un an... Félicitations pour les infos et l'esprit!
J'avais en tête depuis longtemps de rejoindre le Coscione à partir de Chisa (tracé sur carte IGN et topo IGN des années 90).
Nous sommes partis de Chisa à 2 pour 3 jours en autonomie le 29/09/10.
A noter une affichette de la commune près du pont de Bura qui précise que les rives sont des espaces privés, et ce par arrêté rural…..
Si la végétation envahit le début du sentier, la suite est globalement en bon état pour rejoindre sans souci le passage à gué sur la Luvana (terrain envahi par la végétation sur le final)…
Ensuite, nous allons consacrer près de 2h à chercher le départ NNW du cheminement: même si la végétation n’est pas trop envahissante, les différentes sentes que nous empruntons nous conduisent soit sur des impasse soit sur un terrain d'une continuité peu lisible.
Et surtout, nous ne rencontrons AUCUN cairn!!
Les jours sont courts à cette saison, nous avons fait demi-tour!
Pas ou plus de cairns? Action des pêcheurs de Chisa selon un berger rencontré semaine suivante côté Coscione?

Cdlt
Pierre Beaugendre

Ajouter un Commentaire

Mode d'emploi des commentaires Corse sauvageIl est nécessaire d'être enregistré pour pouvoir modifier ou supprimer ses propres commentaires déjà publiés.
Les visiteurs non identifiés n'ont pas accès à certaines fonctions des commentaires (insertion vidéos, wikipedia, textes privés, ...).
Cliquer sur l'icône à gauche pour le Mode d'Emploi des commentaires.