Corse sauvage

Activités nature en Corse

Rappel Identification

Ne pas oublier de s'inscrire sur le site et/ou de s'identifier !

On peut le faire soit par le biais du Méga Menu Accueil, soit directement via l'article Connexion article.
Ce processus est nécessaire pour ceux qui souhaitent pouvoir intervenir sur leurs commentaires et accéder à des informations réservées aux initiés...

Travu - 08/1997 (Attention - canyons actuellement interdits) :

Vasque du 1er rappel du LamaLes hautes vallées du Travu en amont de Chisa réservent (aient ?) des trésors en ce qui concerne le canyonng avec trois canyons intéressants, la Luvana et son affluent RD le Lama et l'Arinella qui conflue avec la Luvana pour former le Travu...
Pas très difficiles, longs en ce qui concerne Luvana et Arinella (sans son cours supérieur du Monte Tignosu, l'un des canyons les plus délicats de l'île), ces trois canyons étaient suffisamment intéressants pour y consacrer quelques journées dans les années 1995 ! Malheureusement, un arrêté municipal de Chisa a mis fin, pour des raisons occultes, à la réalisation de ces parcours...

Rappel facultatif du Lama
Super-Toboggan de la Luvana

Encore des histoires de maquis !


Le maquis des torrents de la Luvana et de l'Arinella, c'est quelque chose ! Voici deux histoires à ce sujet :

1°) Le célèbre contournement des 3 cascades de l'Arinella :
La 1ère fois que j'ai pratiqué ce contournement dans le maquis, je suis passé les doigts dans le nez en moins d'un quart d'heure, en ayant trouvé les châtaigniers et en arrivant directement au-dessus de la cascade finale; même chose au retour en trouvant la sente en un clin d'oeil. L'Arinella au-dessus de la cascade finale à contourner par le maquisLa dernière fois, en 1997, par contre, confiant en ma "connaissance du terrain", j'ai mis plus d'une heure à réaliser ce contournement, trouvant aisément les châtaigniers, mais me lançant ensuite dans une descente trop à droite vers le Nord, par des pentes ultra-raides, des blocs branlants et une végétation épouvantable qui m'ont repoussé jusqu'au dessus de la 2ème cascade. Et, bien sûr, pour le retour, pas moyen de retrouver cette p... de sente et obligé de faire une trace directe sanglier pour finalement la rejoindre plus haut !

2°) Le "sentier" de l'Arinella :
Le sentier de la Luvana semble toujours pratiqué assez haut et son parcours jusque vers 1000m, rejoignant le torrent à une épave d'avion, est relativement aisé. Il n'en est plus de même pour le sentier homologue de l'Arinella qui remonte(ait) depuis Chisa jusqu'au plateau du Cuscionu (Coscione) pour mener les troupeaux aux alpages. En août 2004, en empruntant ce parcours avec ma femme, nous avons trouvé très vite des difficultés (broussailles en travers, sentier réduit à l'état de traces, plus de sentier du tout, ...) mais avons progressé jusque sous une côte rocheuse surplombant le torrent où nous sommes descendus (maquis sauvage A/R) pour déjeuner sous la pluie. Ah oui, j'oubliais : en juillet/août quasiment chaque fois que nous sommes montés dans l'Arinella ou la Luvana, il a plu ! Micro-climat ? Après déjeuner, j'ai continué seul, ma femme, pressentant les ennuis, ayant préféré redescendre. J'ai pu encore progresser péniblement 1h, jusque vers 850m, un peu avant d'arriver au ruisseau de Castellettu : j'ai battu en retraite, le nez sur une Remontée de la partie sale du sentier de l'Arinella sous la pluie : point presque maximum atteint avant fin du sentier sous Monachinubalise de couleur tracée sur un rocher (Hé oui, ce chemin a été balisé dans le temps !), donc bien positionné sur le sentier, sans voir le moindre signe de poursuite de traces d'une part, et surtout dans un environnement de buissons et arbustes très durs me laissant peu de chances de continuer sans outils (sauf à monter sur le rocher) d'autre part. J'ai donc fait demi-tour. Dans la descente, j'ai rattrapé ma femme (qui avait 2h d'avance sur moi) bien avant Chisa : elle avait effectué 5/6 sorties de route (pertes de la trace) sur un sentier qu'elle avait parcouru à l'aller, et s'était épuisée à rechercher le chemin dans cet inextricable maquis. J'ai eu toutes les peines du monde à calmer sa crise de nerfs à l'encontre de ce p... de sentier corse !

Vasque du 1er rappel du Lama

Vasque du 1er rappel du Lama

• Accès : Avant d'arriver à Chisa, s'arrêter au pont de Bura sur le Travu. Prendre le sentier 100m à gauche avant le pont (dans la direction de Chisa), pour remonter RD du Travu l'ancien sentier de la Luvana encore relativement bien démaquisé (info 2003 !). Aller jusqu'à la confluence avec le Lama, point de départ d'un enchaînement Lama/Luvana/Arinella décrit dans le guide IGN 1995 (1h).

• Retour : Depuis le haut de la dernière cascade de l'Arinella, remonter en RG dans le maquis vers le Nord vers un groupe de châtaigniers (repère clef !) et trouver un peu au-dessus (calme et ténacité !) une sente partant à droite puis remontant en lacets dans les chênes-verts (calme et ténacité !) jusqu'aux bergeries de Purcaricciola, puis plus loin à une piste rejoignant Chisa (carte obligatoire, boussole conseillée). Le tout en 1h selon problèmes d'orientation et recherche des sentes.

• Descente : Suivre le cours du Lama avec immédiatement un 1er rappel facultatif sur arbre (évitable en dalles RD) et rejoindre la Luvana un peu plus bas. Suivre alors ce torrent, passer un toboggan magnifique avec saut de 4m dans une grande vasque froide (évitable RG) et arriver à un double toboggan aquatique que l'on passe en 2 rappels RD ou que l'on évite par cette même RD. Plus bas, l'on atteint la confluence Luvana/Arinella qui donne naissance au Travu et l'on remonte le cours de l'Arinella en RD (avons pratiqué une escalade sur arbre pour ce faire) jusqu'à une immense vasque en S, au fond de laquelle aboutit la dernière des trois cascades finales de l'Arinella. Avant d'atteindre le fond de cette vasque, contourner la cascade finale par la droite (RG) en plein maquis, en montant une cinquantaine de m, puis en se dirigeant vers un groupe de châtaigniers (repère clef !) qu'on retrouvera au retour. Des châtaigniers, descendre au mieux pour retrouver le haut de la cascade finale, puis remonter les deux autres cascades au-dessus et profiter des sauts extrêmes à tenter si le coeur (et les oreilles) vous en dit(sent). Superbe site ! Compter 3h pour faire le tout, les problèmes principaux étant le maquis de l'Arinella (pour mon cas personnel : de 15mn à 1h dans le contournement de l'Arinella selon inspiration du moment).

• Intérêt : Magnifique enchaînement, très aquatique même en été, dans un coin superbe, sauvage et dans lequel nous n'avons jamais rencontré quiconque avant l'interdiction (dernière descente en 1997). Cet enchaînement est classé en canyon, alors que l'ensemble des obstacles est évitable, parce que c'est long, paumatoire et qu'il est préférable de faire les quelques rappels intéressants du parcours. Malheureusement interdit depuis, pour des raisons mystérieuses, par la municipalité de Chisa : ce petit village de quelques habitants l'hiver possède des habitants très soucieux de leur environnement et qui sont très chatouilleux sur leur petit domaine. Méfiance !

Variantes :
• Luvana intégrale : Je ne l'ai pas fait, sauf le début et la fin. Suivre le sentier de la Luvana jusqu'à rejoindre le torrent à une épave d'avion vers 950m d'altitude. Le sentier n'est pas toujours évident vers la fin. A priori, vu du chemin, pas mal de cascades, pas d'obstacles majeurs, pas de gros encaissements jusqu'au Lama : ensuite, cf. description plus haut. Au-dessus de l'épave de l'avion, le sentier se poursuit et il se peut qu'il y ait un canyon au-dessus, style Tignoso.
• Arinella intégrale : A la confluence Tignoso/Agnone, naît l'Arinella qui est praticable en canyoning sans obstacles majeurs jusqu'à la cascade finale indiquée plus haut et en photo. Compter 3 à 4h. Le problème est de monter à cette confluence : par le bas, ce n'est plus possible par le sentier de l'Arinella (Cf. Encart Histoires de maquis), sauf à descendre dans le torrent pour remonter la fin ! Par le haut, on vient du Cuscionu (Coscione) via Zicavu et 1°) c'est long 2°) cela passe par le Monte Tignoso et il faut enchaîner les deux. Le Tignoso est un des plus rudes et des plus longs canyons de Corse, avec un débit conséquent même l'été, seule saison où il est praticable sans trop de dangers ! Je n'ai pas d'infos sur l'autre affluent, l'Agnone.

Rappel dans le double toboggan aquatique
Cascade finale de l'Arinella

Commentaires   

Météo
#4 Météo 08-03-2012 13:14
Je l'ai déjà fait en plus en Corse, c'est vraiment super a faire ! Les paysages sont magnifiques !
PhE
#3 PhE 27-01-2012 22:24
Pas très constructifs vos commentaires, non ? :-*
C'est quoi le problème ?
Kerjean
#2 Kerjean 27-01-2012 11:16
et c'est archi nul, testé et désapprouvé!
Kerjean
#1 Kerjean 27-01-2012 11:15
C'est moche!!!!!!!!!! !!

Ajouter un Commentaire

Mode d'emploi des commentaires Corse sauvageIl est nécessaire d'être enregistré pour pouvoir modifier ou supprimer ses propres commentaires déjà publiés.
Les visiteurs non identifiés n'ont pas accès à certaines fonctions des commentaires (insertion vidéos, wikipedia, textes privés, ...).
Cliquer sur l'icône à gauche pour le Mode d'Emploi des commentaires.