Rappel Identification

Ne pas oublier de s'inscrire sur le site et/ou de s'identifier !

On peut le faire soit par le biais du Méga Menu Accueil, soit directement via l'article Connexion article.
Ce processus est nécessaire pour ceux qui souhaitent pouvoir intervenir sur leurs commentaires et accéder à des informations réservées aux initiés...

Ravinisme en Corse

Punta Minuta et ravin de la Solitude

Corse, paradis du ravinisme

Un réseau hydrographique varié en territoire montagneux raide et sauvage, une eau abondante sauf l'été (et encore), un climat exceptionnel, une roche majoritairement granitique d'une dureté et d'une beauté incomparables, des ravins situés souvent à basses altitudes et les joies des approches en maquis, font de la Corse l'un des paradis du ravinisme dans le monde, au même titre que le canyonisme ! C'est d'ailleurs l'un des moyens les plus aisés de pénétrer dans les territoires envahis par le maquis où seule l'eau a pu creuser des tranchées permettant d'avancer sans végétation.

En quoi consiste le ravinisme ? C'est une activité de la même veine que le canyoning, aux détails suivants près :

  • Le sens de pratique, puisque là c'est à la montée et non à la descente
  • L'objectif aquatique qui est inverse, puisque l'on cherche à éviter l'eau
  • Le matériel, plus simplifié pour une randonnée technique ne comportant normalement pas d'escalade, ni de rappel

Et pourtant, cela n'a que de lointains rapports avec de la randonnée : la pratique hors sentiers, les compétences en orientation, l'engagement, l'éloignement, les notions de natation (on ne peut pas toujours éviter l'eau) et d'escalade nécessaires ainsi qu'une certaine débrouillardise sont symptomatiques de cette activité et la différencient de la randonnée classique.

Cette page peut être illustrée par un chant corse en accompagnement que vous devrez démarrer vous même via le lecteur JW Player en haut du bandeau de droite et contrôler en cliquant sur les boutons de contrôle correspondant : Lecteur JW Player

Avertissement de sécurité

Cet article sur le ravinisme en Corse ne saurait commencer sans un préambule concernant la sécurité en ce domaine et un avertissement concernant cette pratique, analogue à celui indiqué pour l'article sur le canyoning. Les problèmes sont identiques puisque, pour simplifier, on parcoure dans un cas à la montée ce que l'on descend dans l'autre cas : dans toutes les situations, ce sont des gorges de montagne parcourues par l'eau !

Il faut bien comprendre que cette activité est à risques, que l'hélicoptère n'est pas toujours là en Corse et qu'un minimum de formation ou d'expérience est nécessaire pour pratiquer sans accompagnement expérimenté ou encadrement. En particulier, il est utile de rappeler les quelques conseils de base :

  • Prendre la météo et s'assurer qu'elle est correcte : en Corse, comme ailleurs, l'orage n'est pas rare et se faire prendre par une crue est une catastrophe. Se méfier des orages sur le bassin versant en amont, surtout s'il est invisible !
  • Avoir une bonne condition physique : marche sur sentier, marche sur des blocs, nage en cours d'eau, eau froide, escalades sont des éléments le nécessitant
  • Prendre un matériel approprié : cordelette de 30m, quelques sangles et mousquetons, éclairage, pharmacie, nourriture, éventuellement matériel de bivouac, vêtements de circonstance (sac à dos de plus de 30 l, pélerine, veste montagne, polaire, chaussures montagne, pantalon et pas seulement short, bonnet, lunettes de soleil, rechanges minimum)
  • Avoir des rudiments de techniques d'escalade, souvent utiles dans ce milieu
  • Partir accompagné et prévenir quelqu'un de son itinéraire et de ses horaires prévisionnels.

Ce sont les conseils habituels en randonnée un peu technique et hors sentier, renforcés ici par l'engagement et l'éloignement que l'on rencontre souvent en Corse et par le fait que l'on soit dans une gorge parcourue par l'eau et que l'on ne puisse pas trop compter sur une aide extérieure !

Vers le sommet du ravin de la Solitude

Caractéristiques des ravins corses

Ce sont celles déjà indiquées pour les canyons, puisque ce sont les mêmes à la montée :

  • Une géologie marquée par des granites (80/85 % de la surface environ) au NW et au Sud et des schistes à l'Est et dans le Cap Corse, avec toutes ces roches profondément marquées par les sculptures des tavoni (ou tafoni : érosion en nid d'abeille liée au vent et au sel), ce qui donne sur le versant occidental des vallées profondément creusées, des dénivellations fortes et des pentes raides beaucoup plus marquées que sur le versant oriental
  • Des paysages spectaculaires et grandioses, surtout en terrain granitique, avec des eaux cristallines et des vasques somptueuses, s'étalant à toute altitude et jusqu'à la mer elle-même (célèbre exemple du ravin du Dardu à Piana)
  • Des ravins encaissés, raides, pentus, déchiquetés qui en rendent leurs parcours compliqués et pénibles : rien à voir avec les canyons plats et sableux de l'Utah !
  • Un climat très irrégulier, mais permettant une pratique tout au long de l'année :
    • l'été, très chaud et sec, est marqué par l'étiage des torrents, pas mal de canyons secs à cette époque et des orages redoutables
    • l'automne est la saison la plus arrosée, avec des crues dévastatrices, et peu favorable à la pratique sauf aux périodes d'après crues
    • l'hiver, avec la neige et le froid qui arrivent en gros fin novembre, est une saison à débit variable mais qui permet une pratique régulière
    • le printemps est lui sujet à des débits très irréguliers et donc une alternance de périodes où la pratique est possible et d'autres où elle ne l'est pas
  • Des accès qui n'ont rien à voir avec ceux du continent : pas de panneaux, pas de balises, pas de peinture et des topos qui étaient jusqu'il y a peu de temps peu explicites. Et bien sûr, pour couronner le tout, des sentiers inexistants ou aléatoires, des traces à vous faire avaler votre casque, le tout dans cet environnement végétal inépuisable que constitue le maquis (Cf. Progression en maquis corse)
Tête de M...ort !

Expérience personnelle

Le ravinisme en Corse est une inclination naturelle pour qui cherche à sortir des sentiers et à explorer des vallées non parcourues (Polisceddu, ...) ou dont les parcours ont été abandonnés (Purcaraccia, ...). C'est une activité que je pratique beaucoup en solo, même si ce n'est pas très recommandé sur le plan de la sécurité ! Lorsque je suis arrivé en Corse en 1983, avec une femme enceinte et un enfant de un an et demi, nous avions choisi l'île parce que c'était l'idéal pour conjuguer lieu de résidence au bord de la mer et possibilité d'aller en montagne tous les jours depuis la côte sans avoir à faire des parcours trop longs en voiture. J'ai donc pris l'habitude à l'époque de partir seul en randonnée et, petit à petit, de remonter, seul auss,i ces superbes ravins qui m'étaient proposés. Plus tard, aussi, il apparût difficile d'emmener les enfants avec nous dans ce genre de randonnée dont ils ne comprennent jamais très bien la finalité s'il n'y a pas un objectif ludique au bout : lac, canyon, escalade, ...

Il faut bien le dire, j'adore cette pratique en solo grâce à l'harmonie plus intense avec la nature que l'on y ressent, dans ces coins sauvages et éloignés de tout, ainsi que pour l'adrénaline considérablement renforcée qu'elle procure dans le franchissement des nombreux obstacles que l'on y trouve. Il n'empêche que je suis bien conscient que le moindre incident (entorse, orage, ...) peut dégénérer en galère et faire tourner en cauchemar une randonnée considérée comme facile au départ.

Ravin érodé des Ferriate

Les ravins parcourus

La suite de l'article se contente d'indiquer les courses que nous avons parcourues, des photos les accompagnant et une appréciation subjective pour les citer. Ces courses sont classées selon les trois catégories suivantes, correspondant aux principales régions géographiques où l'on trouve les grands ravins corses :

  • Le Falasorma : C'est l'une des régions majeures pour le ravinisme que cette arrière-pays du Falasorma (ou Filosorma), parcouru par le fleuve Fangu et ses entrelacs d'affluents majeurs. La partie des ravins constitue tout le versant Ouest de la Grande Barrière, arête monstrueuse vers 2200/2300m qui relie la Punta Minuta au Nord à la Paglia Orba au Sud
  • Bavedda : C'est, bien entendu, l'autre grande région du ravinisme de l'île, avec ses deux grandes arêtes, Asinao à l'Ouest passant par Punta di u Furnellu et allant jusqu'à Tova, Paliri à l'Est allant jusqu'aux aiguilles d'Urnucciu au Nord puis descendant vers l'Est jusqu'à Conca : le réseau de ravins constitué autour de ces deux grandes arêtes est une source inépuisable de courses et d'explorations
  • Haut-Cavu et Osu : Nouvelle micro-règion, annexe de celle de Bavedda, mais beaucoup moins connue qui a été rajoutée pour en faire sa promotion et parce qu'elle est mon terrain de jeu le plus proche
  • Autres ravins : Un dernière page consacrée à quelques ravins parcourus dans d'autres vallées majeures du ravinisme : Spasimata, Ascu, Niolu et Porto/Ota
  • La liste des courses classées par région est donnée sur la partie gauche de la page avec un accès direct possible pour chaque randonnée

Avertissement : les parcours de ravins présentés dans les pages de cette rubrique ont été réalisés sur une période de près de 25 ans et les informations indiquées peuvent donc ne pas être du tout à jour. En Corse, plus qu'ailleurs, l'état de la végétation, des sentiers, des bergeries, des abris, des refuges, ainsi que le niveau de l'eau, sont des variables extrêmement fugitives et fluctuantes qui devraient être vérifiées et mises à jour avant toute course ou bien être intégrées comme obstacle éventuel lors du parcours. Pour vous informer de la fraîcheur des informations, la date de mon dernier parcours est indiquée entre parenthèses pour chaque parcours de ravin décrit.

Ceppu par Pittinaghja

Bonifatu - Pittinaghja - 09/2007 :

Crête de PittinaghjaGrande course sauvage permettant d'aller visiter un des lacs d'altitude corses les plus difficiles d'accès, en empruntant au passage un grand et beau ravin et un col de toute beauté.
Bizarre que cette partie du massif soit si peu fréquentée !

Traversée par l'Andade a u Ponte

Barghjana - Laoscella - Campu Razzinu par Eckard Berberich - 06/2012 :

Pinzu Scaffone et brèches de LaoscellaUne découverte récente, en ce qui me concerne, que cette superbe vire permettant le passage entre les versants de Laoscella, Scaffone et Campu Razzinu !
Plus de deux kilomètres de vire rocheuse spectaculaire, quasi-horizontale, dominant les abîmes de Valle Serrata et de Tana di l'Orsu, cela vaut le déplacement, même si l'accès à ce joyau est assez compliqué. Même en l'ayant déjà parcouru (longtemps avant !), il nous a fallu deux essais pour la retrouver... Elle semble être dénommée Andade a u Ponte à Monte Estremu, par référence à un gros bloc rocheux sous lequel la trace passe près de la plate-forme rocheuse de son extrémité Nord sur l'arête de Punta di Campu Razzinu. Une autre dénomination, Andatone, nous a été donnée par un ancien berger de Lozzi...

Haut vallon de Coracchia

Cruzini - Chiusa - 07/2006 :

Vallon supérieur du ravin de CoracchiaUne improvisation pas trop mal réussie sur la base de quelques commentaires laconiques et d'une photo de Charles Pujos m'avait permis d'accéder à la partie haute du vallon de Coracchia, de manière malheureusement un peu détournée !
C'est tout de même une course hors piste très jolie, complètement à l'écart de tout topo connu et pas très difficile sur le plan technique... Elle devrait d'ailleurs permettre en la prolongeant de monter au sommet du Migliarellu !

Ravin de Maghine

Barghjana - Bocca Bianca - intégral en 08/1992, partiel 08/2002 :

Le site des bergeries de Maghine (photo Victor Gomis)Un parcours qui n'est un vrai ravin que par intermittences (montée à Bocca Culaghja, quelques passages dans la Bocca Bianca) et qui était quasiment impossible à réaliser facilement depuis les années 1990 pour cause de maquisage du sentier longeant la RG de la Bocca Bianca après la confluence avec la Taïta. Il n'est redevenu praticable que depuis 2013 et la réfection du sentier par les habitants de Barghjana et Monte Estremu. Dire qu'on amenait encore les vaches aux bergeries de Maghine au début des années 80 au bout de cette magnifique vallée !
Bravo à l'Association "Transhumance - Les amis de Puscaghja" qui a initié et supporté le projet de restauration du sentier de Maghine ! Et se souvenir de Dumé Flori, son président et gardien du refuge de Puscaghja, décédé fin 2013...

Ravin de la Taita

Barghjana - Bocca Bianca - 08/2002 :

Vallon de la Taïta vers les crêtesUn ravin bien plus marqué que le ravin de Maghine et partant lui aussi de la Bocca Bianca... Mais ce ravin est compliqué à la fois par son approche avec beaucoup de maquis dans le bas et sa partie terminale rocheuse à haute altitude !

Sous-catégories

Jacky Micaelli - Lamentu di Nicoli

Webcam Portivechju

Météo Corse

Météo Porto-Vecchio Porto-Vecchio France my-meteo.com
Météo Ajaccio Ajaccio France my-meteo.com

Bibliographie Ravinisme

Guide Glénat Multi-Evasion Corse-du-Sud - Charles Pujos & Philippe Evrard
Guide Glénat Multi-Evasion Corse-du-Sud - Charles Pujos & Philippe Evrard

Guide Glénat Multi-Evasion Corse-du-Sud - Charles Pujos & Philippe Evrard : rappelez-vous les deux guides IGN de la collection Libris des Editions Glénat parus en 2002 sur Haute-Corse et Corse-du-Sud, et bien ce guide de Charles Pujos et Philippe Evrard en est la reprise pour la Corse-du-Sud avec la mise à jour de 48 parcours précédents, le rajout de 7 parcours principaux (55 en tout) et de nombreuses variantes et suggestions portant à plus de 110 itinéraires ce qui est présenté dans ce guide. Conçu et rédigé par deux spécialistes "incontestés" de la question !
Difficile, quand on a participé à la rédaction de ce guide, de le critiquer, mais, personnellement, j'aime bien cette formule faite autour d'un itinéraire principal relativement facile de randonnée à pied ou VTT et de suggestions diverses autour, certaines étant particulièrement corsées avec aventures et escalades à la clé... Dans celui de la Corse-du-Sud, vous trouverez quelques nouveautés peu ou jamais décrites : la mine de fer de Pulellu (crêtes de Marignana), les pozzines du Giavingiolu (Cuscionu), le col de Fumicosa (Bavella) et pour la 1ère fois un parcours du Haut-Cavu, le ruisseau de Sainte-Lucie...
A paraître à compter du 23 avril 2014.

Guide Glénat Multi-Evasion Haute-Corse - Charles Pujos & Philippe Evrard
Guide Glénat Multi-Evasion Haute-Corse - Charles Pujos & Philippe Evrard

Guide Glénat Multi-Evasion Haute-Corse - Charles Pujos & Philippe Evrard : reprise du guide IGN de la collection Libris des Editions Glénat parus en 2002 sur la Haute-Corse, ce guide de Charles Pujos et Philippe Evrard en est la reprise avec la mise à jour de 50 parcours précédents, le rajout de 5 parcours principaux (55 en tout) et de nombreuses variantes et suggestions portant à plus de 110 itinéraires ce qui est présenté dans ce guide. Conçu et rédigé par deux spécialistes "incontestés" de la question !
Comme pour le précédent de la Corse-du-Sud, dans celui de la Haute-Corse, vous trouverez quelques nouveautés peu ou jamais décrites : la cima di e Folliccie (Cap Corse), le vallon de Pittinaghia et le Ceppu (Bonifatu), le monte Saltare en parcours principal (Filosorma), le cirque de Trimbullacciu (Ascu)...
A paraître à compter du 23 avril 2014.

Lacs et sommets de Corse - A. Gauthier

Lacs et sommets de Corse - Alain Gauthier : ce volume réunit en un seul tome deux des livres précédents ("Lacs de Corse" et "Corse des sommets") d'Alain et en fournit une bonne mise à jour. Il a même tenu compte de mes remarques personnelles sur certains itinéraires (Exemple : Bocca di Pittingaghja et Ceppu p. 80), c'est dire si j'en suis satisfait...
En tout cas, c'est devenu un des principaux ouvrages de la randonnée sportive de l'île avec un nombre impressionnant d'itinéraires dont beaucoup sont très originaux grâce aux explorations inlassables d'I Girulandoni. Evidemment moins pratique à emporter que la version "Corse des sommets" en petit guide !

Corse des sommets - Alain Gauthier/I Girulandoni

Guide des sommets corses par Alain Gauthier et I Girulandoni avec le PNRC: un guide des sommets corses et de leurs ascensions décrivant 42 randonnées comportant l'ascension d'un sommet corse de plus de 2000 m. Alain Gauthier est un géologue spécialiste de l'île, tandis que I Girulandoni est le nom d'un groupe de randonneurs corses qui s'est donné pour objectif de faire l'ascension de tous les sommets importants de la Corse

Guide PNRC Monte d'Oru - Uriente

Guide PNRC Monte d'Oru - Uriente par le PNRC (Alain Gauthier) : un guide complet sportif sur les massifs du Monte d'Oru et de l'Uriente comportant des descriptions de randonnée et de courses sportives. Accompagnement culturel complet (géographie, géologie, faune, flore), beaucoup de courses originales, et, comme toujours avec Alain Gauthier, respect d'une toponymie corse stricte (Merci Alain !).

Guide PNRC Monte Rinosu

Guide PNRC Monte Rinosu par le PNRC (Alain Gauthier) : un guide complet sportif sur le massif du Monte Rinosu comportant des descriptions de randonnée et de courses sportives. Accompagnement culturel complet (géographie, géologie, faune, flore), beaucoup de courses originales, et, comme toujours avec Alain Gauthier, respect d'une toponymie corse stricte (Merci Alain !).

Guide PNRC Tavignanu-Restonica

Guide PNRC Tavignanu - Restonica par le PNRC (Alain Gauthier) : un guide complet sportif sur les vallées du Tavignanu et de la Restonica comportant des descriptions de randonnée et de courses sportives. Accompagnement culturel complet (géographie, géologie, faune, flore), beaucoup de courses originales, et, comme toujours avec Alain Gauthier, respect d'une toponymie corse stricte (Merci Alain !).

Guide IGN Coscionu-Bavedda

Guide PNRC Coscionu - Bavedda par le PNRC (Alain Gauthier et Jean-Paul Quilici) : un guide complet sportif sur les régions Coscionu et Bavella comportant des descriptions de randonnées et de courses sportives. Pas mal d'accompagnement culturel et quelques perles originales.

Guide vert IGN 1995

Guide IGN 1995 par l'IGN : un guide complet sur la Corse sportive comportant des descriptions de courses et randonnées par région. Une présentation très intéressante à la fois par région et par activité sportive. Ce guide a été une révolution en 1995, en renouvelant le style de description des activités nature en Corse, limité à de simples randonnées archi-ressassées. Il abordait l'escalade (seuls quelques topos localisés existants), le canyoning (rien n'existait), la randonnée d'exploration avec des variantes pour les curieux, le VTT, le kayak de mer, la randonnée équestre, le parapente, le ski de rando, ... Bref une mine de nouvelles infos et ma bible pendant des années ensuite !

Corsica Wilderness - Thibaudeau

Corsica Wilderness par Francis Thibaudeau : un livre de courses sauvages (escalade et randonnée) avec beaucoup de courses et voies originales décrites par celui qui a été baptisé Andaccianu par les Corses montagnards

Montagnes de la Corse - Quilici/Thibaudeau

Montagnes de la Corse par Quilici/Thibaudeau/Pennequin : un livre de randonnée sur les sommets corses réalisé par des spécialistes avec beaucoup de courses de type ravinisme

La Corse des montagnes- Charles Pujos

La Corse des Montagnes - Charles Pujos : un complément récent (2005) à l'ouvrage précédent complétant la randonnée en Corse, avec des photos grandioses et un choix de courses offrant aussi au promeneur curieux des secrets bien gardés et des images clandestines

Les plus belles randonnées de Corse - Charles Pujos

Les plus belles randonnées de Corse - Charles Pujos : un ouvrage magnifique et diversifié (littoral, cascades, lacs, sommets, ravins, canyons) sur la randonnée en Corse, avec un ensemble de randonnées classiques abordées sous l'angle de la curiosité, mais aussi tout un ensemble de randonnées originales et peu connues, avec des infos que l'on trouve en lisant entre les lignes et que l'on complète par de l'imagination et de la recherche

Le Massif de Bavella - Quilici/Lucchesi/Vaucher

Le massif de Bavella par Quilici, Lucchesi et Vaucher : trois grands spécialistes de Bavella éditent un bouquin essentiellement centré sur l'escalade à Bavella, précédé par une quizaine de randonnées (?) de grande envergure dans ce massif. C'est le 1er livre paru sur Bavella (vers 1989) et, déjà, il indiquait des itinéraires de canyon aujourd'hui célèbres comme le Poliscellu (Giru di Vangoni) et le Purcaraccia (via la randonnée de Punta Malanda)

La Corse, les 100 plus belles - Agresti/Quilici

La Corse, les 100 plus belles de Henri Agresti et Ghjuvan-Paulu Quilici : dans la collection de gaston Rébuffat, un ouvrage magnifique sur les montagnes corses cumulant la présentation de randonnées très intéressantes et de voies d'escalade de toutes sortes. Il a nécessité beaucoup de reconnaissances et sorties sur le terrain pour sa préparation et, à ce titre, est ausi intéressant que le précédent avec la différence qu'il ne cherche pas à être complet

Guide des Montagnes Corses - Fabrikant - 1993

Guide des Montagnes corses de Michel Fabrikant : version ultérieure du guide indiqué précédemment. Dans sa version de l'édition Didier Richard de 1993, ce guide est limité aux seules randonnées et abandonne les nombreuses descriptions d'escalades intégrées dans les éditions précédentes. La dernière édition en cours doit dater de 1998...

Guide des Montagnes Corses - Fabrikant - 1982

Guide des Montagnes corses de Michel Fabrikant : devenu la Bible de la randonnée corse après sa sortie en 1982, synthétisant plus de 20 ans d'exploration en Corse. C'est un must des ravins sauvages de l'île avec des croquis, des schémas de cartes clairs et beaucoup de voies d'escalade qui ont disparu dans les éditions ultérieures